Jorge Bernstein

Bio

Jorge Bernstein, professeur de sémiotique visuelle outre-Atlantique, porte un regard d’expert sur les images de notre monde. Il porte aussi une cravate, qu’il aime de temps à autre desserrer un peu pour balancer quelques bonnes grosses couillonnades entre le cours magistral de linguistique picturale et le workshop de photo-narrativité.

Bibliographie
  • Basse-cour Baston, avec Soulcié, éditions Rouquemoute, 2019
  • Tendre enfance, avec Laurent Houssin, éditions Rouquemoute, 2018
  • CONversations, illustré par Fabcaro, éditions Rouquemoute, 2018
  • KÅTALÖG, éditions Rouquemoute, 2017
  • L’Humour Légendaire du truculent Professeur Bernstein, éditions Rouquemoute, 2017
  • Flic et Fun, avec Pluttark, éditions Audie / Fluide Glacial, à paraître
  • L’école du Gag, dessins de James, Éditions Vide Cocagne, 2016
  • Fastefoode, dessins de Pluttark, Éditions Audie/Fluide glacial, 2015
  • Space Sérénade, Claude Comète (pseudonyme), dessins de Nikola Witko, éd. Audie/Fluide glacial, 2015
  • Kitoüdoubl, Éditions Vide Cocagne, 2015
  • Instantanés d’humour photo-textuel, Collection Comptoir, AAARG! Éditions, 2015
  • Le F.I.S.T., dessins de Terreur Graphique, Collection TRAFIK, Éditions Audie/Fluide glacial, 2014
  • La Bureautique des sentiments, dessins de Ju/CDM, éd. Audie/Fluide glacial, 2014
  • L’Humour Légendaire du Professeur Bernstein, Collection Comptoir, AAARG! Éditions, 2014
  • Kupårdsutët, Éditions Vide Cocagne, 2014
  • 99,9 Proverbes actualisés pour affronter le XXIe siècle avec sagesse et détermination, dessins de Lindingre, Marwanny Corporation éd., 2012
  • Winner Ensemble, c’est Gagner Together, dessins de Quentin Faucompré, Marwanny Corporation éd., 2012
Galerie
Sur la boutique

Retrouvez les livres et goodies de Jorge Bernstein sur la boutique en ligne des éditions Rouquemoute en cliquant sur la bannière ci-dessous !

 

Revue de presse

 

DBD, n°137, octobre 2019

 

L’avis des bulles, n°229-230, juillet-septembre

 

Planète BD, 14 juin 2019

Basse-cour Baston est une sorte d’allégorie récréative, humoristique et minimaliste sur le potentiel de l’humanité à toujours tirer la couverture vers soi. Pour les crayons caustiques de Thibault Soulcié, Jorge Bernstein met en scène des coqs prétentieux, stupides, bedonnants et bagarreurs, aux prises avec des grains de maïs qu’ils ne souhaitent jamais partager. Or, quand on sait que le coq est l’emblème de la France, cela en dit long sur la haute considération que les auteurs portent à notre belle nation des Droits de l’Homme. La forme narrative n’est pas précisément celle de la bande dessinée, mais plutôt du cours récit illustré. Le dessin de Soulcié est caricatural à souhait, avec des tronches de volailles abruties et hargneuses.

 

Untitled Mag, 9 mai 2019

Une bande dessinée sur les enfants, on s’attend bien entendu à de l’amour, de la naïveté et plein de trucs mignons… Et bien non, pas du tout ! Bernstein et Houssin nous proposent plutôt une BD cynique, trash et critique. Une BD où les parents se comportent comme des enfants, où les enfants comprennent mieux le monde que leurs parents, et où les paradoxes ne manquent pas. Le dessin fluide et coloré de Laurent Houssin se marie à merveille avec les textes directs et ironiques de Jorge Bernstein. Chaque page nous réserve une nouvelle petite histoire passionnante et qui saisit les détails croustillants d’un quotidien où les enfants relèvent les défauts de leurs parents et les étale aux yeux d’une société qui ne manque pas de juger : une autorité difficile à assurer face aux autres, qui se transforme rapidement en violence et vulgarité généralisées, des remarques universalistes sur la vie par des enfants qui achèvent de détruire le peu de confiance en eux de leurs parents… C’est finalement autant une bande dessinée sur les adultes que sur les enfants, où les travers de la société et de l’éducation sont étudiés et tournés au ridicule. Il n’y a aucun tabou pour Bernstein et Houssin, difficile de voir qui des enfants ou des parents sont les victimes, ou peut-être est-ce la société…

 

France 3 (Bretagne), JT 19/20, 22 avril 2019

 

Lectures hebdomadaires, 21 mars 2019

Tendre Enfance, c’est une succession de gags en une page et d’histoires courtes qui mettent en scène des enfants (assurément !) et leurs parents dans des situations singées du quotidien. En fait, l’humour nonsense et tordant de Jorge Bernstein, associé au trait pêchu et expressionniste de Laurent Houssin, exacerbe nos pires tendances. Du père de famille beaucoup trop fier de son fils, qui en fait n’est pas son fils, à la mère de famille qui cherche à enseigner les bonnes (mauvaises) manières à son adolescent, tout le monde en prend pour son grade ! Parents et enfants ! On notera tout de même une préférence des auteurs pour les enfants, car ces derniers triomphent très régulièrement…

 

Télénantes, “La Quotidienne”, 7 février 2019

 

Fluide Glacial, n°513, février 2019

 

Sun Radio Nantes, 31 janvier 2019

 

France Bleu Loire Océan, 30 janvier 2019 (10’38)

 

France 3 (Pays de la Loire), 29 janvier 2019

 

Ouest-France, 28 janvier 2019

 

Le Télégramme, le 28 janvier 2019

 

ActuaLitté, 28 janvier 2019

 

Génération BD, 27 janvier 2019

 

Rainfolk’s diaries, 27 janvier 2019

Les auteurs exploreraient-ils un monde de la jeunesse où les garçons et les filles s’amusent gaiement et naïvement sous les yeux attendris de leurs parents, charmés par leurs petites têtes blondes ? Non, pas vraiment. Véritable critique de la société, Tendre enfance est une BD à l’humour noir grinçant où les enfants reproduisent les schémas parentaux tout en se jouant d’eux.

 

France 3 (Pays de la Loire), 26 janvier 2019

Tendre enfance n’a rien d’un agréable récit plein de douceur et d’amour. Il suffit de lire la première page pour comprendre tout de suite vers quoi on va. De l’humour noir, cinglant qui fait mal et laisse des traces sur les murs et dans nos têtes.

 

Charente Libre, 26 janvier 2019

 

Actua BD, 26 janvier 2019

 

Tout en BD, 26 janvier 2019

 

France 3 (Pays de la Loire), 18 janvier 2019
Ouest-France, 10 janvier 2019


Sceneario, 10 décembre 2018

Personne n’est parfait sauf que les enfants sont l’avenir, notre avenir. Autant dire qu’avec les enfants présents dans le livre, on est mal barré ! Les regards portés par Jorge Bernstein et par Laurent Houssin sur la manière dont la société éduque la progéniture pour conclure par le fameux retour du bâton qui revient quasi-automatiquement en pleine poire, sont injustement vrais et pleins de dérision. Qui n’est pas devenu un enfant sage comme une image, mis à part l’image que nous nous faisons de nous-mêmes. Une image, un film ou quelques flash-back, à peu près nostalgiquement tragi-comique, pour nos parents ou pour ceux qui sont actuellement parents. Alors ne baissons pas les bras, plions-les à 45° en tenant ce nouvel album dans dans nos tendres mimines ! Un livre qui vous fera rire de désespoir en voyant les énormités des parents border-line. Peut-être vous reconnaîtrez-vous dans tout ce méli-mélo de personnages ingrats ? Non ? Alors tant mieux…

 

Radio Lézart, “Bulles en stock”, 27 novembre 2018 (1”04’25)

 

Onirik, 27 novembre 2018

Amateurs d’histoires d’enfants pas très sages et tendancieuses ? Cette bande dessinée est faite pour vous. Le scénariste, Laurent Houssin, est allé chercher au plus profond de l’humour noir et dérangeant. Il ne fait clairement pas dans la dentelle et nous présente de multiples situations mettant en scène des personnages particulièrement avares en bonnes manières. Il y a parfois une réflexion sociétale mordante cachée derrière l’ironie. Les gags sont bien trouvés et cela alimente notre intérêt pour cette œuvre. Côté graphique, le style particulier de Jorge Bernstein peut être dans un premier temps assez rebutant, mais il se marie avec justesse aux histoires qu’on nous raconte. Les protagonistes sont déformés et pas mis en valeur, mais renforce l’effet comique. Tendre Enfance n’est pas à mettre entre toutes les mains. Ce qu’on peut y lire est parfois (souvent) choquant, et heurte notre bonne moralité. Pourtant, ça a quelque chose d’assez jouissif. Rangez la casquette du politiquement correct et lâchez-vous. Il est certain qu’on ne crachera pas sur un deuxième tome de même niveau !

 

France Bleu Loire Océan, “ça vaut l’détour”, 26 novembre 2018 (2’10)

 

Rainfolk’s diairies, 25 novembre 2018

Véritable critique de la société, Tendre enfance est une BD à l’humour noir grinçant où les enfants reproduisent les schémas parentaux tout en se jouant d’eux.

 

L’avis textuel de Marie M, 21 novembre 2018

Ne vous fiez pas au titre, Tendre enfance, fiez-vous plutôt aux dessins de Laurent Houssin qui en disent long. Jorge Bernstein n’est pas tendre avec les enfants qu’il met en scène. Ce sont des monstres, des psychopathes en devenir, capables des pires perversités pour arriver à leurs fins. Cela donne une idée quelque peu extrême des travers de notre société car les parents ne sont pas épargnés et se prendraient même en boomerang leur éducation désinvolte. Mêmes les clowns sont abominables dans cet album. Les histoires commencent souvent bien gentiment sur le terrain délicat et innocent de l’enfance et du jeu pour brusquement déraper et nous saisir à rebrousse-poil avec une fin qui nous fait penser : Mais c’est horrible ! On rit en grinçant des dents… Décidément, Jorge Bernstein est éclectique et explore différents styles d’humour : décalé, absurde, noir. Ici, c’est noir, dans la lignée des Idées noires de Franquin.

 

Radio Balistiq, “Cazébulles”, 13 novembre 2018

 

Charlie Hebdo, n°1371, le 31 octobre 2018

 

La Voix du Nord, 18 octobre 2018

 

Bibliza, 18 octobre 2018

Jorge Bernstein s’est amusé des escrocs du Web, vous savez, ce qui ont un million d’euros à partager mais ont besoin d’un mandat avant. Vous avez dû recevoir des mails de ce genre… Par précaution, il est d’usage de ne pas répondre pour éviter l’implosion de l’ordinateur. Mais Jorge Bernstein, lui, avec son humour délicat, a pris le temps de leur répondre. Et… Que c’est drôle ! Drôle et… con, bien sûr, et c’est pour ça qu’on rit ! Pour entrecouper ces dialogues sans queue ni tête, Fabcaro, pour notre plus grand plaisir, y a incrusté une histoire dessinée, tout aussi absurde.

 

Radio Nova, le 16 octobre 2018

 

Onirik, 16 octobre 2018

 

Radio Campus Lyon, 15 octobre 2018

 

Occitanie tribune, 6 octobre 2018

Les auteurs exploreraient-ils un monde de la jeunesse où les garçons et les filles s’amusent gaiement et naïvement sous les yeux attendris de leur parents, charmés par leurs petites têtes blondes ? Non, pas vraiment. Véritable critique de la société, Tendre enfance est une BD à l’humour noir grinçant où les enfants reproduisent les schémas parentaux tout en se jouant d’eux. Alliant l’humour ciselé de Jorge Bernstein aux dessins souples, dynamiques et trash de Laurent Houssin.

 

Vigousse, 31 août 2018

 

Le blog BD de Nice-Matin et Var-matin, 16 juillet 2018

Petit dans son format mais riche des sourires qu’il provoque chez son lecteur, l’ouvrage, forcément décalé et absurde, est basé sur les échanges délicieux de Bernstein avec «les brouteurs», ces escrocs du web grimés en avenante (et peu frileuse) jeune femme, ou en lointain ami d’Afrique qui souhaite vous confier son héritage. Les échanges retranscrits sont ici authentiques. Bernstein prend plaisir à leur répondre et à les repousser dans leurs retranchements jusqu’à l’abandon, grâce à l’arme d’une répartie aussi débile qu’imparable, prétexte à toutes les blagues imaginables. Savoureux !

Le Quotidien, 10 juillet 2018

 

Untitled mag, 5 juillet 2018

Qui n’a jamais reçu de messages sur les réseaux sociaux d’inconnues, qui souhaitaient seulement faire connaissance, mais qui ne paraissaient pas bien nettes? Tout le monde, mais peu de gens y répondent. Parce qu’on sait que ce sont de fausses identités, qui cachent le plus souvent des gens qui cherchent à nous arnaquer. Et c’est là que Jorge Bernstein est différent : il a décidé de leur répondre, et de publier leurs dialogues dans ce petit livre poilant. Entre conversations absurdes agrémentées de perles orthographiques et jeux de mots délirants, Jorge Bernstein pousse ceux qu’on appelle des « brouteurs » à abandonner. Ces conversations, reproduites à l’identique, sont accompagnées des dessins de Fabcaro, célèbre notamment pour Zaï Zaï Zaï Zaï, qui rendent CONversations d’autant plus drôles : on passe de l’autre côté de ces dialogues, grâce à une conversation fictive entre deux hommes qui prennent les identités de ces « brouteurs » pour piéger et escroquer – des deux côtés de l’écran, c’est l’absurdité qui règne ! Une BD un peu spéciale petit format qu’on peut emmener partout avec nous, parfaite pour bien rigoler cet été sur la plage ou dans un parc.

 

Fluide Glacial, n°506, juillet 2018

 

Actua BD, 27 juin 2018

Un album composé uniquement de captures d’écran de chat de messagerie aurait pu tomber dans la monotonie et ennuyer. Les planches humoristiques de Fabcaro apportent des interludes bienvenus, bien qu’il nous ait fait rire ici qu’à l’accoutumée. Il ne cesse de le clamer en interview, ce n’est pas un dessinateur ! Ce qu’il aime, c’est avant tout raconter des histoires, créer des situations et écrire les dialogues. Ainsi, le même dessin court sur tout l’album à peu de variations près. Le passage des pages de Fabcaro à celles de Bernstein est agréable, l’un rebondissant sur les dialogues de l’autres. Leurs deux humours se conjuguent bien, à quand un nouvel album ensemble ?

 

Radio Lézart, “Bulles en stock”, 26 juin 2018 (54’04)

 

Madmoizelle, 19 juin 2018

La boîte mails réservée aux spams est vraisemblablement l’une des choses les plus insensées auxquelles un être humain puisse être confronté. Bon, qui tombe véritablement dans le panneau (hormis une obscure grande tante qui vient d’acquérir Internet, à la rigueur)? Il y a également un autre monde tout aussi décalé et tout aussi passionnant que les spams : celui des messages douteux d’inconnu·es reçus sur les réseaux sociaux. Ces mêmes messages que vous laissez sans doute non-lus dans votre boîte de réception Autre, il y en a un qui y répond. De façon hilarante. Et qui en a même fait un livre ! Jorge Bernstein est le boss de fin de l’humour. Quiconque aime l’absurde ne peut qu’aimer Jorge Bernstein. Il n’y a pas plus doué. Ce postulat est un peu sentencieux, je vous l’accorde, mais elle est d’une vérité absolue et incontestable. Maintenant vient la question que vous vous posez certainement : comment Jorge Bernstein fait-il pour répondre à ces messages illicites ? Eh bien avec humour, bien entendu. Et en tournant complètement en bourrique ses interlocuteurs·rices, à base de jeux de mots qui retournent la tête, de psychologie de comptoir ou de surenchère délirante. Ça me donnerait presque envie d’accepter des messages chelou, maintenant. Pas vous ?

 

L’avis textuel de Marie M, 18 juin 2018

Nous avons tous reçu ces appels ou messages de brouteurs qui nous broutent : nous voilà enfin dignement vengés! Car Jorge Bernstein a un sens de l’humour très développé et, lorsqu’il a affaire à des « brouteurs » (escrocs du web), il s’amuse à leurs dépens, se moque d’eux et les fait tourner en bourrique, pour notre plus grand plaisir. C’est à pleurer de rire ! Avec un sens de la répartie, des jeux de mots à foison et un humour absurde, tout s’enchaîne avec brio. Les échanges sont donc reproduits tels quels et s’intercalent avec des planches où Bernstein et Fabcaro imaginent qui se cache derrière ces prénoms souvent féminins pour appâter les pigeons. Sur ces dessins (presque les mêmes du début à la fin, seules les conversations extravagantes changent) deux personnages dégarnis en costumes à l’air sérieux tiennent des propos burlesques et si justes à la fois. Le propos rebondit sur la situation mais de façon complètement décalée. Il nous emmène où on ne s’attend pas et provoque l’hilarité — parfois même avec des blagues éculées! Bref, j’ai ri à chaque page!

 

Radio Vostok (Suisse), “La Quotidienne”, 18 juin 2018 (3’45)

 

Ouest-France, 14 juin 2018

 

PerformArts, 13 juin 2018

J’ai cru saisir que les saisies d’écrans du bouquin sont beaucoup plus drôles que des saisies d’huissiers. Pas serviable, le Jorge : ne cède pas aux charmes de la dame au prétexte qu’étant humoriste il peut s’autoriser à lui dire « L’humour m’a passé la blague au doigt, pour le meilleur et pour le pire. » Pour le pire, il n’a pas à se casser la tête, car ses interlocutrices y vont furieusement. Elles interpellaient pour le faire marcher et tant pis, dans leurs textes, pour l’orthogaffe : et puis, comme il va un peu trop vite pour elles, elles ne marchent pas — elles courent. Fabcaro, le complice, à lui pas à elles… encore que… illustre en jaune un dialogue qui commente (ou exploite ?) en méta-iconographie (t’es sûr que ça existe ?) ce qui se passe sur les autres pages. Un conseil ? À ne pas le lire dans le bus : Rire seul en public peut être très mal interprété.

 

Larg’fm (Vannes), 9 juin 2018 (50’43)


Occitanie Tribune, 8 juin 2018
Canal BD magazine, n°120, juin-juillet 2018

 

DBD, n°124, juin 2018

 

9ème art, 27 avril 2018

 

 

Bernieshoot, 9 avril 2018

Avec CONversations, le duo s’attaque à un problème de société : les « brouteurs », ces escrocs du web qui tentent par tous les moyens d’extorquer de l’argent via les réseaux sociaux, souvent sous de fallacieux prétextes et en prenant l’apparence séduisante d’une jeune femme esseulée. CONversations est un recueil de ces dialogues sans queue ni tête, dans lesquels Jorge Bernstein repousse les brouteurs dans leurs retranchement, jusqu’à ce qu’ils jettent l’éponge et abandonnent leur projet d’extorsion. Grâce à la répartie de Jorge Bernstein, ces brouteurs tomberont vite dans des abîmes d’absurdité, de jeux de mots douteux et de blagues en tous genres. Cerise sur le gâteau, les dialogues des illustrations de Fabcaro ajoutent un zeste de franche rigolade tout en imaginant l’envers du décor, de l’autre côté de l’écran. 

 

CloneWeb, 19 février 2018

C’est totalement de l’impro, à partir de l’accroche des « jeunes filles » qui m’alpague. La plupart des gens se rendraient compte que ce sont de faux profils quand moi je m’amuse vraiment à les pousser jusqu’au bout, avec l’objectif de faire en sorte que la personne en face n’en puisse plus alors qu’au départ elle voulait m’extorquer de l’argent ou vivre avec moi sur une île déserte. C’est ce qui me plait vachement : je ne sais pas ce qui va se passer et on se répond n’importe quoi. Et c’est un engrenage de conneries…

 

L’Alsace, 18 février 2018

 

Radio Campus Lyon, 11 février 2018

 

Radio Vostok (Suisse), “La Quotidienne”, 5 février 2018

 

Libération, 17 janvier 2018

 

Zoo, n°64, janvier 2018

 

Même pas peur, n°21, janvier-février

 

Canal B, “Plume et Pinceau”, 18 décembre 2017

 

Le Télégramme, 3 décembre 2017

 

Vigousse, 1er décembre 2017

 

Radio Shalom (Besançon), 1er décembre 2017

 

Fluide Glacial, décembre 2017

 

Bing Bang, décembre 2017

 

TV5 Monde, 30 novembre 2017

 

Gnapp, 26 novembre 2017

 

Ouatch TV, “Entrecase”, 24 novembre 2017

 

Actua BD, 23 novembre 2017

Puis Jorge Bernstein a remis la main à la pâte pour dresser son propre KÅTALÖG de meubles. Parodie des notices de montage d’une célèbre marque de mobilier en kit, son ouvrage illustre à merveille son sens de l’absurde, du décalage, du jeu de mot et de la blague totalement inutile. Rôdé chez Fluide Glacial et Vide Cocagne, son humour fait mouche et permettra de se délaisser après une séance musclée de montage de meuble.

 

L’avis textuel de Marie M, 23 novembre 2017

Kåtalög, qui détourne les plans de montage et la charte graphique d’une célèbre enseigne suédoise de meubles en kit. Il ne restait (presque) qu’à inventer des histoires décalées, des dialogues loufoques ou trash et créer des jeux de mots sur des titres qui rappellent ceux à dormir debout (dans une armoire) du fabricant en question. En bonus: des jeux de PLIÅJ et des SETDIFËRÅNSS, une page d’autopromotion intitulée FÖNING. Le tout donne un drôle de Kåtalög plein de DRÖLERI, INFÖGRAFI, FÅNTASM et autres… 

 

Radio Lézart, “Bulles en stock”, 21 novembre 2017 (55’30)

 

Occitanie Tribune, 16 novembre 2017

 

ActuaLitté, 8 novembre 2017

Les éditions Rouquemoute laissent la responsabilité à chacun de penser que l’auteur s’est inspiré d’une célèbre marque suédoise. Ce que nous pouvons néanmoins affirmer, c’est que Jorge Bernstein transforme ces modes d’emploi en grosses parties de rigolades. Un livre à avoir absolument dans sa bibliothèque !

 

Presse Océan, 31 octobre 2019

 

Le Télégramme, 2 octobre 2017

 

Bernieshoot, 15 septembre 2017

 

9ème art, 13 septembre 2017

Ce qui est chouette avec la bande dessinée, c’est qu’on peut représenter n’importe quoi avec des cases et des bulles. Bon, pas sûr que ce soit édité cela dit. Mais grâce au financement participatif, tous les tiroirs sont désormais ouverts dans le grand meuble de la bande-dessinée ! Et en parlant de meubles et de tiroirs, sachez que l’auteur Jorge Bernstein a eu l’idée de créer des histoires à partir de notices Ikéa. Ça s’appelle KATÄLOG, et l’album est actuellement en pleine campagne de financement sur Ulule. À mon sens, l’idée est plutôt bonne : j’ai toujours trouvé les bonhommes des notices Ikéa bizarrement expressifs, mais ils n’avaient pas la chance de vivre de vraies aventures. L’imagination fertile de Jorge Bernstein se charge de mettre des mots sur ces drôles de situations.

 

Actua BD, 1er septembre 2017

Les éditions Rouquemoute se sont lancées le défi de publier « une BD parodiant les modes d’emploi de meubles en kit ». Inutile de citer la marque détournée par l’éminent et truculent professeur Jorge Bernstein, qui officie notamment pour Fluide Glacial et Vide Cocagne. Le tout nous est garanti comme le fin du fin en terme d’humour – suédois ? – pince-sans-rire. Et il est vrai que l’absurde, là encore, le dispute à l’ironie.

 

La Brucellôse, août 2017

 

L’Alsace, 27 juillet 2017

 

Fluide Glacial, n°494, juillet 2017

 

Psikopat, n°299, juillet-août 2017

 

Actua BD, 9 juin 2017

Dans ce troisième tome de L’Humour Légendaire du truculent Professeur Bernstein (les deux précédents ayant été édités par AAARG !), nous découvrons avec plaisir plusieurs dizaines de vieilles photographies, habilement détournées par quelques mots bien sentis.

 

DBD, n°114, juin 2017

 

La Voix du Nord, 24 mai 2017

 

Radio Shalom (Besançon), 23 mai 2017

 

Radio Lézart, “Bulles en stock”, 2 mai 2017 (12’22)

 

diam Nullam efficitur. id, accumsan risus. Sed ultricies vel, amet, elit. suscipit